Steak (de Quentin Dupieux, 2007) : le point de vue de Thomas Langmann, producteur-réalisateur d'Astérix aux Jeux Olympiques

Publié le par Erwan Desbois

Où ?
 
A la maison, en DVD zone 2
 
Quand ?
 
Le week-end dernier
 

Avec qui ?

Ma femme, qui m’a menacé d’aller faire autre chose si le film était trop mauvais… et qui est restée rire jusqu’au bout.
 

Et alors ?
 

Bonjour, moi c’est Thomas Langmann. Mon papa c’est Monsieur Claude Berri, un grand producteur de cinéma ; alors moi aussi, je joue au grand (?) producteur de cinéma. Enfin, de produits cinématographiques on va dire. Car moi, l’art, la tonalité personnelle, tout ça, ça me parle assez peu. Du coup, quand je décide de mettre mon nom dans la case « réalisateur » d’un film, ce n’est pas poursuivre la lubie de papa de faire des films « intimes » mais pour bien m’assurer de la fadeur générale du produit. C’est la clé, la fadeur : regardez mon Astérix que je viens de produire et de coréaliser, et le Mission Cléopâtre d’Alain Chabat, et dites-moi lequel est le plus exportable des 2 sur différents marchés et segments. Et ouais, c’est le mien, parce que c’est le plus fade des 2, alors que celui de Chabat déjà moi je ne comprends rien à la moitié des blagues, alors imaginez un allemand ou un polonais. Bon, je vais faire à peine la moitié de ses entrées en salles en France (7 millions contre 14), pour un budget 2 fois plus élevé, mais je suis sûr qu’à terme je saurai imposer ma solution aux abrut… pardon, au public.

steak-5.jpg

Mais assez parlé de moi, si l’on m’a invité sur ce blog c’est pour évoquer Steak, un truc écrit et réalisé par un certain Quentin Dupieux et joué par Éric & Ramzy. Ces gars là, j’avais bien aimé leurs 2 derniers produits (Double zéro et Les Dalton) : bien fades comme il faut, avec une bonne insistance sur le segment visé – le 1er film vise les ados, on met des filles en string partout, le 2nd est pour les mioches, en avant les blagues infantilisantes au ras des pâquerettes. Visiblement, les 2 comiques n’étaient pas de mon avis, à les entendre dans leur interview en bonus du DVD traiter les réalisateurs de ces 2 films de « vendeurs de yaourts ». En prime, ils ont l’air sincères quand ils défendent Steak et remercient ce Dupieux de leur avoir fait découvrir « l’art ». Je préférerais encore chopper le tétanos que d’avoir ce genre de révélation, tiens.

steak-1.jpg

Pour mieux cerner ce fameux Dupieux, je me suis lancé dans l’écoute de son commentaire audio. Cet homme est un dangereux révolutionnaire – pas étonnant que la jaquette du DVD arbore fièrement une citation de ces bolchéviques mangeurs d’enfants des Cahiers du Cinéma. Bref, figurez-vous que Môssieur Dupieux a un haut niveau d’expérience, et cherche dans ses films à « créer un monde », comme si le cinéma servait à ça. Il se pose des questions sur le montage, le cadre – j’ai plusieurs fois failli m’étouffer face à cet étalage obscène de plans-séquences et de plans larges. Sans aucune considération envers les chaînes de télé coproductrices, cet « artiste » a voulu faire un vrai film de cinéma, plutôt qu’une pochade vite écrite, vite tournée, vite consommée et compatible avec la case prime-time sur une télé 36 cm. Quand il a commencé à employer des mots comme « lugubre » ou « pathétique » pour définir la tonalité de certaines scènes, j’ai arrêté ma torture de peur de vomir.

steak-2.jpg

A contrecœur, je me suis finalement lancé dans le visionnage du film proprement dit. La seule qualité que je lui trouve, c’est sa fin abrupte au bout d’1h15, qui m’a permis d’échapper à un 3è acte du même acabit que les 2 premiers. Au cours de ceux-ci, Steak ne choisit jamais un ton clairement identifiable et commercialisable ; il préfère mélanger, au gré de détours scénaristiques et d’improvisations incongrues, une méchanceté froide et inquiétante, des gamineries puériles, un humour pince-sans-rire déroutant et toute une série de décalages jamais remis en question. Ainsi, la différence d’âge entre les acteurs et leurs rôles (ils sont censés être à la fac) ou les imbrications entre la France – langue employée, provenance de la plupart des acteurs – et l’Amérique – lieu de tournage – sont assumées et semblent même nourrir activement les ambitions artistiques du réalisateur. Moi, personnellement, je trouve que tout ça n’a pas d’avenir.

steak-3.jpg

Je vais vous toucher 2 mots de l’histoire, quand même. Éric et Ramzy y sont donc des étudiants losers, limite déséquilibrés mentalement (pour un résultat parfois comique, parfois grinçant), qui sont prêts à tout pour intégrer le groupe des Chivers, les rois de la fac qui ne jurent que par un hygiénisme extrême : visage lifté, ne buvant que du lait, ne fumant pas, ne sortant qu’avec des filles siliconées. Quentin Dupieux s’amuse à dérouler toutes les variations comiques possibles de personnages et de concepts dans ce monde où tout ce qui importe est faux, retouché ou corrigé, et où ce qui est vrai n’a plus ni gravité ni portée. De la part de quelqu’un qui place Buñuel au sommet de son panthéon cinéphile, pouvait-on attendre quelque chose de moins tordu et amoral (pas vendeur du tout ça, l’amoralité) ?

steak-4.jpg

Enfin, le rédacteur de ce blog ne me laisse pas le final cut sur mon texte, puisqu’il tient à évoquer 2 passages qui l’ont fait « hurler de rire », ce pauvre bougre. D’abord une réplique : alors qu’Éric et un SDF truand à la petite semaine en fauteuil roulant – joué par le chanteur Sébastien Tellier – tentent de voler une voiture, 2 flics arrivent et leur demandent ce qui se passe (cf. capture ci-dessus). Réponse du SDF, qui satisfait les policiers qui poursuivent leur route : « tout va bien, je suis simplement en train de réaliser une fellation sur monsieur ». Bon… et le 2è (capture ci-dessous) : l’une des 2 scènes coupées, sketch loufoque qui présente des rapports sexuels déplacés dans ce monde parallèle sur le terrain des soins capillaires. Scène complètement gratuite donc immettable dans le film, mais complètement barrée et donc complètement « géniale » (je reprends ses mots, là).

steak-6.jpg

Publié dans blockbusters déviants

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Arthur 04/03/2008 20:37

Très... concept, comme article :D
Tu avais déjà fait le coup avec "Charlie's Angels 2", ce me semble :)