La musique de The dark knight

Publié le par Erwan Desbois

Où ?

A la maison, en DVD zone 2 anglais acheté dès sa sortie en décembre dernier.


Quand ?

Il y a une quinzaine de jours


Avec qui ?

Ma femme, mon frère et mon compère de cinémathèque (qui tous l'avaient déjà vu)


Et alors ?


En revoyant The dark knight (ce serait bête de s'en priver), et en relisant la chronique que j'en avais faite, je me rends compte que j'ai oublié d'y évoquer un aspect essentiel de son accomplissement : la musique, composée et dirigée à quatre mains par le tandem Hans Zimmer - James Newton Howard. Les images de The dark knight montrent en permanence l'action depuis un point de vue extérieur, à l'exception d'un court plan (qui en est d'autant plus marquant), celui où le Joker hume l'air de la ville à travers la vitre ouverte de la voiture de police qu'il vient de voler. L'emprise du Joker sur le déroulement du film semble alors si forte qu'elle peut déstabiliser, l'espace d'un instant, jusqu'à la caméra elle-même. Mais en dehors de cet écart (et, pour être exhaustif, de l'utilisation du bat-gadget qu'est la vision « sonar » au cours de l'assaut de l'immeuble tenu par les sbires du Joker), les images montrées sont globalement objectives et omniscientes - et c'est à la musique que revient le rôle de perturbateur, de glissement dans la folie et l'inconnu. Il n'y a rien de déshonorant ni de surprenant dans cette logique de mise en scène : l'être humain étant conditionné pour interpréter son environnement et interagir avec celui-ci principalement par des informations visuelles, le cinéma se plie dans la quasi-totalité des cas à ce préalable, et offre à notre regard un monde recréé de manière globalement réaliste (cela d'autant plus que le budget du film est important).



Reste alors la bande-son, pour laquelle beaucoup plus de choses sont permises. Parfois, il suffit d'une unique note ; ici, celle du violoncelle convié à la partition par Hans Zimmer, qui accompagne - ou précède légèrement - chaque intervention du Joker dans le film, et qui est logiquement mise en avant dans un des suppléments du DVD. La pureté et la persistance dans le temps de cette note en font bien plus qu'un simple son. Cette note, c'est un déclencheur sensoriel irrépressible, aux échos inhumains ; c'est une crevasse qui s'ouvre sous nos pieds et donne sur un monde aussi affolant et traumatisant que la possibilité d'existence d'une telle note. Ce monde est notre monde, tel qu'il est interprété par l'esprit du Joker.

Publié dans bonus dvd

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article