Dieu, Madoff et les eighties

Publié le par Erwan Desbois

La deuxième saison de Gossip girl a longtemps ressemblé à un chemin incertain, émaillé de cahots et de détours hasardeux. Mais elle s’achève en avenue triomphale avec un brelan de derniers épisodes qui rend une copie presque parfaite, en renouant avec ce que la série peut proposer de meilleur. L’épisode 23, The wrath of con, donne un souffle romantique nouveau et jusque là inégalé au couple maudit Blair Waldorf & Chuck Bass, les Merteuil & Valmont des années 2000. Il s’autorise également une digression aussi osée que gratuite sur le terrain de la religion, à partir de l’idée perverse selon laquelle la démoniaque Georgina serait devenue une born again christian au sein d’une communauté de croyants fervents. La visite de la dite communauté et la réintégration de Georgina dans le panier de crabes de l’Upper East Side débouchent sur des scènes purement jouissives. Enfin, les auteurs du show s’amusent à entrer en résonance avec l’actualité du monde réel, en s’inspirant pour l’intrigue fil rouge de la fin de saison de l’affaire Madoff : une arnaque financière pyramidale dont Serena, amoureuse de l’arnaqueur, favorise involontairement le succès. Bon, Gossip girl n’en est pas encore à traiter des soucis des étudiants, même très riches, à payer les frais d’inscription de leurs écoles de luxe, mais c’est un début.

 

Le nirvana est atteint avec l’épisode suivant, Valley girls, qui met en parallèle au moyen de flashbacks très « lostiens » les écarts menant à vingt-cinq ans d’intervalle Serena et sa mère au poste pour une nuit de garde à vue. La détermination de Stephanie Savage et Josh Schwartz, les créateurs du show à faire en sorte que cela fonctionne est décuplée par le fait que ce récit alternatif n’a pas ambition à être un simple happening ; mais à servir de pilote officieux à un spin-off (une série dérivée) de Gossip girl prenant place dans les années 1980 et racontant les aventures de jeunesse de Lily van der Woodsen, aussi délurée à son âge que l’est Serena. La suspicion d’opportunisme face à un tel projet a à peine le temps de s’installer en nous : Savage et Schwartz nous happent tout aussi brillamment, voire même plus, avec leur peinture de Los Angeles dans cette décennie-là qu’avec celle de Manhattan aujourd’hui.

On est conquis par la qualité de la lumière, des décors, des costumes, et surtout de la bande-son aussi exceptionnellement bien choisie que dans un Gossip girl habituel – de Bloc Party et MGMT, on passe à New Order, Depeche Mode, et No Doubt en guest star qui joue au groupe punk. L’univers ainsi façonné est d’une étonnante homogénéité, et se révèle instantanément plausible. Les acteurs semblent plutôt bien choisis, le mélange des « vieilles » recettes de Gossip girl (rivalités de cœur et de classe sociale, altercations entre les générations, expérimentation de perversions en tout genre) et d’un nouveau terrain de jeu temporel et spatial fait des étincelles ; et en cerise sur le gâteau, le fait que l’on soit déjà au courant des grandes lignes – mais pas plus – de certaines péripéties à venir, comme la liaison entre Lily et Rufus, génère une petite excitation supplémentaire. Malheureusement, le projet est actuellement en stand-by… Affaire à suivre, en croisant les doigts.

Quant à l’épisode particulier qui nous intéresse, le va-et-vient entre passé et présent apporte une bonne dynamique, et une conclusion réussie. Et en parallèle, Chuck se révèle grand romantique bienfaiteur au bal de la promo… Qui l’eut cru ? Mais le revers de la médaille d’un épisode aussi remarquable est que le suivant est quasiment condamné à paraître fade en comparaison. The goodbye Gossip Girl, dernière escale de la saison, en fait les frais. Cet épisode doit en plus composer avec la question ardue de la légitimité de la poursuite de la série – puisque les personnages principaux, à l’exception de Jenny Humphrey, entrent à la fac, dispersés un peu partout dans New York et les environs, et que le site Gossip Girl n’est censé couvrir que les ragots du lycée. On doit donc subir un suspense éventé d’avance, qui plus est mené sans aucune conviction, sur l’hypothétique révélation de l’identité de Gossip Girl (genre !), lequel suspense n’aboutit qu’à une scène finale hors-sujet servant à rassurer les fans sur la présence de tous les protagonistes l’année prochaine. Mieux vaut laisser cela de côté, profiter de l’ultime coup d’éclat musical de la saison (les Yeah Yeah Yeahs avec Zero), et se passionner sur ce qui fait le réel intérêt de ce final, et offre une poignée de scènes mémorables : Blair et Chuck, oui ? non ?

 

 

 

(OUI !)

(roooh la midinette, franchement…)

Publié dans séries TV

Commenter cet article