A deriva, de Heitor Dhalia (Brésil, 2009)

Publié le par Erwan Desbois

deriva-2Où ?

À la maison, en DVD zone 2 distribué par Universal Pictures, et obtenu via Cinetrafic dans le cadre de leur opération "DVDtrafic"

Quand ?

Ce week-end

Avec qui ?

Seul

Et alors ?

 

A deriva propose une variation classique sur deux thèmes : les premiers émois adolescents, et le déchirement d'un couple après de longues années de vie commune. L’originalité du film est qu’il mêle en profondeur ces deux récits, autant qu’ils le sont pour son héroïne Filipa. A quatorze ans, celle-ci est à un âge où l’on croit encore que le sexe et l’amour sont forcément liés ; la vision des infidélités commises par ses parents la dévaste inévitablement. La collision des deux intrigues se concrétise particulièrement dans une poignée de scènes, qui sont les plus intenses du film. Lorsque Filipa amène avec elle son petit ami pour qu'il soit à son tour témoin de l’infidélité de son père (l'effet sur le petit ami, lié sentimentalement à aucun des deux amants qu’il observe étant uniquement... de l'exciter) ; lorsque les parents rompent pour de bon, et tentent de le faire accepter à leurs enfants.

deriva-3

Au-delà de ce fin vernis de singularité, A deriva se partage entre bons et mauvais points. Son scénario, qui manque nettement de la consistance suffisante pour tenir quatre-vingt-dix minutes, joue en sa défaveur. La qualité de plusieurs autres aspects de sa réalisation rééquilibre la balance, et la fait même pencher de l’autre côté – une belle lumière, une belle musique, de beaux dialogues (mais aussi un usage intelligent du silence quand il se fait nécessaire). La façon qu'a le film de ne pas finir sur un état où tout est réglé dans un sens ou dans l'autre, mais plutôt dans un instant de suspension précaire, qui laisse beaucoup de portes ouvertes, est également touchante. Et puis, pour nous spectateurs français, la présence de Vincent Cassel est doublement marquante. D'abord, forcément, car on le voit évoluer dans un film brésilien, soit un univers où on ne l'attend pas du tout et où il est très bien intégré par le scénario et par sa propre aisance avec la langue. Et plus encore car il s'y voit attribuer un rôle (de père de famille entrant dans l’âge mûr) très différent de ceux auxquels il est confiné ici. Un rôle « normal », pas le moins du monde excentrique ; un rôle de son âge (43 ans) aussi, comme ce que Tarantino a offert à Brad Pitt dans Inglourious basterds. Les années, les déconvenues et les expériences passées s’inscrivent sur son visage et apportent à A deriva une dimension supplémentaire.

deriva-1

Le DVD comporte comme unique bonus un making-of à l’image du film : de facture classique, ni mauvais ni exceptionnel, donnant un bon aperçu de la mise en œuvre du projet et du tournage.

 

 

A Deriva

Un film de Heitor Dhalia avec Vincent Cassel et Debora Bloch. 

Distribution : Universal Pictures

Fiche produit Boutique Universal

Date de sortie : 25/05/2010

Publié dans cinémas d'ailleurs

Commenter cet article